Les sacrements

L’Église catholique enseigne qu’après sa mort, sa Résurrection, et son Ascension dans le Ciel,  le Christ agit désormais par les sacrements, institués par Lui pour communiquer sa grâce…  Ces sacrements réalisent efficacement la grâce qu’ils signifient, en vertu de l’action du Christ et par la puissance de l’Esprit Saint.

Les sacrements sont des signes sensibles, que nous percevons par notre humanité, à travers lesquels le Christ agit et nous communique sa grâce.

Il y a sept sacrements dans l’Église catholique: le Baptême, la Confirmation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre sacerdotal et le Mariage.

On les classe en trois groupes : les sacrements d’initiation chrétienne, Baptême, Confirmation, et Eucharistie, les sacrements de guérison : la Pénitence et l’Onction des malades, et les sacrements d’Ordre sacerdotal et du Mariage.

Cf. Catéchisme de l’Église, n. 113110841113

baptême du Christ; médaillon roman, cathédrale de Clermont

Le baptême

Baptiser veut dire « plonger » dans l’eau. Celui qui est baptisé est plongé dans la mort du Christ et il ressuscite avec lui comme « créature nouvelle » (2 Co 5,17)

Jésus Christ , au début de sa vie publique, se fait baptiser dans le Jourdain par Jean-Baptiste. Au moment de sa mort, de son côté transpercé, jaillissent le sang et l’eau, signes du Baptême et de l’Eucharistie. Après sa Résurrection, il a confié aux Apôtres la mission suivante : « Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28,19).

Le baptême est administré à tous ceux qui le demandent, et qui confessent la profession de Foi catholique. (le Credo)

Celui qui baptise verse de l’eau sur la tête du candidat et prononce la formule baptismale trinitaire : « Je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ».

Cathédrale de Clermont, panneau de bois sculpté, la Confirmation, XVIIe

La confirmation

L’effet de la Confirmation est l’effusion particulière de l’Esprit Saint, comme à la Pentecôte

Le rite essentiel de la Confirmation est l’onction avec le saint-chrême (huile parfumée, consacrée par l’Évêque). Il s’effectue par l’imposition des mains par l’évêque, ou un prêtre délégué, qui prononce les paroles sacramentelles propres au sacrement. Cette onction est faite sur le front des baptisés avec ces paroles : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ».

Le panneau sculpté, dans la chapelle Saint-Austremoine, provient peut-être de la chapelle de l’évêché, disparue à la Révolution. Il reprend l’iconographie d’un tableau de Poussin, faisant partie d’une série de 7 tableaux intitulés “les sept sacrements”, peints dans les années 1650. Les personnages sont vêtus à l’antique.

L’évêque figuré dans le panneau n’est pas analogue à celui du tableau : il représente un évêque vêtu à la mode du XVIIe : peut-être est-ce le portrait d’un évêque de Clermont?

Le Pélican, image du Christ : portail nord de la cathédrale de Clermont

L’Eucharistie

Après avoir réuni ses Apôtres au Cénacle, Jésus prit le pain dans ses mains, le rompit et le leur donna, en disant : « Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous ». Puis il prit dans ses mains la coupe remplie de vin et leur dit : « Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. Vous ferez cela, en mémoire de moi ».

L’Eucharistie est la source et le sommet de toute la vie chrétienne. L’Eucharistie renferme tout le bien spirituel de l’Église : le Christ lui-même, notre Pâque.

L’Eucharistie est mémorial  car elle rend présent et actualise le sacrifice que le Christ a offert à son Père, une fois pour toutes, sur la croix, en faveur de l’humanité.

Dans l’Eucharistie, le sacrifice du Christ devient aussi le sacrifice de tous les chrétiens.

Le pélican, au portail nord, est le symbole du Christ dans l’Eucharistie, lui qui déchire ses entrailles
pour nourrir ses petits…

cathédrale de Clermont, médaillon XIIIe, Enfant prodigue

La Pénitence

Cathédrale de Clermont, Trésor, ciboire des malades , XIXe

L’Onction des malades

cathédrale de Clermont, médaillon XIIIe, ordination épiscopale de saint Bonnet

L’Ordre sacerdotal

cathédrale de Clermont, mariage Philippe le Hardi, XIXe

Le mariage

 

N’hésitez pas à nous contacter :