Sources documentaires

Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance.(Ps 18, 3)

DSC_0311copie

Missel de Clermont de 1656

 

Cette page veut présenter les principales sources de l’histoire de la Cathédrale de Clermont, tant manuscrits qu’imprimés.

1 Nous commencerons bien sûr par Grégoire de Tours :

Dans son Histoire des francs, livre 2 ch 16, se trouve la description de l’église construite par saint Namace :

 

Cathédrale Grégoire de Tours

Ruinart

Edition de dom Ruinart de 1699, avec d’excellentes notices

Après la mort de l’évêque Rustique, saint Namace devint en Auvergne le huitième évêque. Il fit bâtir l’église qui subsiste encore, et qui est la plus ancienne église dans les murs de la ville. Elle a cent cinquante pieds de long, soixante de large, cinquante de haut dans l’intérieur de la nef jusqu’à la voûte ; au-devant est une rotonde, et, de chaque côté, les ailes de l’église sont d’une élégante structure, et tout l’édifice est disposé en forme de croix. Elle a quarante-deux fenêtres, soixante-dix colonnes et huit portes. Une pieuse crainte de Dieu se fait sentir dans ce lieu, où pénètre une brillante clarté ; et très souvent ceux qui viennent prier y sentent des parfums qui semblent provenir de doux aromates. Les parois du côté de l’autel sont ornées de différentes espèces de marbres ciselés avec beaucoup d’élégance. L’édifice achevé au bout de douze ans, Namace envoya chercher à Bologne les reliques de saint Vital et de saint Agricole, crucifiés, comme on sait, pour le saint nom du Christ Notre Dieu.

.

 

 

 

 

 

2 Le deuxième document se rapportant à la cathédrale se trouve dans un des manuscrits de  la bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Ferrand : le LIBELLUS. C’est une énumération des autels des églises de Clermont, se trouvant dans un manuscrit de la fin du Xe siècle ou du début du XIe, le ms 147.

ms 147

Ms 147, appartenant à la bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Ferrand ; f°174 v.

.

.

Dans la Mère-église (nom donné à la cathédrale au début du Moyen-Age) :

Autel en l’honneur de Sainte Marie et des Saints Agricol et Vital,

autel de la Sainte-Croix,

autel Saint-Gervais,

autel de saint Jean-Baptiste,

autel de saint Julien martyr,

autel du saint Ange (saint Michel)

.

.

.

.

.

.

PAGE.

voir ici