L’orgue de choeur

 Pastorale de Louis Vierne, par François Clément, sur l’orgue de choeur

 

 Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur, et jouerai mes hymnes en tous pays. (Ps 56, 10)

C’est un deuxième instrument (avec ses modifications et restaurations successives) situé dans son buffet d’origine :

1856 : Le premier instrument est construit (à l’emplacement actuel, dans le bas côté du chœur, côté Nord). Il a été construit par Joseph Merklin dans un buffet dessiné par Viollet-le-Duc, réalisé par le menuisier clermontois Vaury, avec la composition suivante :

  • I Grand Orgue (54n) : Bourdon 16, Flûte 8, Bourdon 8, Prestant 4, Salicional (1° octave commune avec le Bourdon 8), Doublette 2, Trompette 8.
  • II Récit (42n) : Flûte 8, Flûte octaviante 4, Basson-Hautbois 8, Cor anglais 8.
  • Pédale : en tirasse
    2/1, appel et renvoi de la trompette GO, expression à accrochage Récit.

26 ans après, en 1882, Joseph Merklin propose tout d’abord de restaurer l’instrument et de poser une machine Barker. Finalement, une solution plus radicale sera trouvée. L’instrument est cédé à la paroisse St Pierre des Minimes en 1885. Il y sera remonté en 1887 avec un nouveau buffet, car, ajoutant plusieurs jeux (dont deux jeux réels de pédale), la profondeur s’en trouve bien augmentée. L’orgue de chœur a 98 cm de profondeur au sol, alors que la profondeur du nouveau buffet des Minimes fait presque le double : 1m80.

Il est intéressant de comparer les deux buffets, qui ont le même principe d’encorbellement pour libérer de la place au sol.

plan_deambulatoire_3

Comme cet instrument avait un récit sans première octave, on peut penser que les organistes de l’époque ont souhaité ajouter cette 1° octave, pour avoir un deuxième clavier complet.
L’orgue étant plaqué contre le mur du déambulatoire, il n’était cependant pas possible de l’agrandir, et la seule solution fut de construire un nouvel instrument dans le même buffet.
Celui-ci aura un sommier de récit complet, situé au-dessus du sommier de GO. On a profité de ces nouveaux sommiers pour avoir des claviers de 56 notes (au lieu des 54), ce qui devient la norme à cette époque.
La composition est également agrandie : 8 jeux au GO au lieu de 7, 6 au récit au lieu de 4, et 3 à la pédale par emprunts.

 

1886 : la composition du nouvel instrument est :

  • I Grand Orgue (56n) : Bourdon 16, Montre 8, Flûte harmonique 8, Bourdon 8, Prestant 4, (puis sur l’appel) : Salicional 8, Trompette 8, Clairon 4.
  • II Récit (56n) : Flûte harmonique 8, Bourdon 8, Gambe 8, Flûte octaviante 4, Voix céleste 8, Basson-Hautbois 8.
  • Pédale (30n) : Soubasse 16, Bourdon 8, Octave basse 8 (emprunts des Bourdons et de la Montre du GO)
    Tir 1 et 2, Appel anches GO, 2/1, Trémolo, Expression Récit.

La console est alors située à l’intérieur du chœur, côté Nord, au pied des stalles, dos au buffet. On peut toujours voir une trappe dans le carrelage du chœur par laquelle passait sous le sol la mécanique de la boîte expressive ainsi que le câblage électrique (car l’instrument utilise une des premières transmissions électriques Schmole et Mols)

 

Puis : relevage en 1929, et restauration en 1962 par le maison Dunand : les flûtes 8 et 4 ne sont plus harmoniques, et les 3 jeux du GO sur appel (Salicional, Trompette et Clairon) sont remplacés par : Nasard, Flûte 2 et Plein Jeu III.

Autel

Déplacement de la console  : auparavant située aux pieds des stalles de gauche, elle passe à droite du chœur.

C’est à ce moment que le chœur est réaménagé suite au concile Vatican II. Rappelons l’ouverture du concile en 1962. Auparavant, le maître autel du 19° siècle était au fond du chœur (il l’est encore, mais inutilisé), et les stalles occupées par les maîtrisiens, avec l’organiste au-milieu d’eux.
Après Vatican II, le nouvel autel construit par le sculpteur ponot Philippe Kaeppelin est installé (après 10 ans d’installations provisoires), au centre du chœur pour que le célébrant officie face à l’assemblée. Pour libérer de la place au centre du chœur, ainsi que le passage côté sacristie, la solution a été de déplacer la console, côté Sud.

 

En 1994, Jean David double la transmission Schmole et Mols avec une transmission électronique, avec quatre emplacements (prises au pied des stalles) possibles de la console dans le chœur, supprime les modifications de 1962 pour rétablir Trompette et Clairon du GO (jeux neufs) en gardant cependant le Plein Jeu, et remets les flûtes harmoniques (avec une tuyauterie récupérée, qui est de facture identique à celle de Merklin).

L’orgue est ensuite entretenu par Dominique Gagnaire qui doit faire face à de nombreux soucis de transmission électrique, tant pour les aiguilles qui sont fatiguées, que des mises en route tout à fait aléatoires de l’instrument.

Une nouvelle restauration est effectuée en 2012 par les entreprises Simon (Serge Gourgouillon et Jean Martini) et Joël Pétrique pour l’électronique. C’est une restauration en profondeur, menée à bien par Michel Colin, technicien conseil :
Changement de moteur, restauration complète de la soufflerie, (les réservoirs sont déposés, ce qui a permit cette fois de les restaurer en profondeur, et sur tout leur pourtour. La liaison des deux réservoirs a été repensée ; le réservoir primaire alimente le GO, le secondaire alimente le récit et les tirages de jeux), remplacement du système de contact à aiguilles existant par un système à capteur à effet Hall pour la transmission des notes et contacts Reed pour les tirages de jeux. Remplacement de la transmission numérique (avec conservation des électros Schmole et Mols). Au niveau de l’harmonie, celle des anches du GO a été reprise. Ces deux jeux ont été décalés d’un demi-ton vers l’aigu, avec l’ajout des premiers Do en copie.

orgue de choeur Cath Clermont 004

Photo François Clément

Sa composition actuelle :

  • I Grand Orgue (56n) : Bourdon 16, Montre 8, Flûte harmonique 8, Bourdon 8, Prestant 4, (puis sur l’appel) : Fourniture, Trompette 8, Clairon 4.
  • II Récit (56n) : Flûte harmonique 8, Bourdon 8, Gambe 8, Flûte octaviante 4, Voix céleste 8, Basson-Hautbois 8.
  • Pédale (30n) : Soubasse 16, Bourdon 8, Principal 8 (emprunts des Bourdons et de la Montre du GO)
    2/1, Tir 1 et 2, Appel anches GO, Trémolo, Expression à bascule Récit.

 C’est la composition d’origine à une exception près : la Fourniture qui avait pris la place du Salicional a été conservée.

(inscriptions sur les pastilles : harmonique écrit : harmon – octaviante écrit octav – Basson et hautbois)

Texte : François Clément

 Haut de page