Chapelle Saint-Arthème

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? Qui habitera ta sainte montagne ?
(Ps 14, 01)

Le mobilier

Sur le retable d’autel en bois peint et doré, remonté vers 1840 se trouvent les statues de saint Crépin et saint Crépinien, patrons des cordonniers, ainsi qu’un buste-reliquaire de saint Pierre.

Peintures murales

A droite, sur le mur, on voit une grande inscription funéraire en grec, peinte en grisaille. Elle rappelle la conversion d’un chevalier humaniste qui, après une vie dissipée, sut mourir pieusement…et anonymement.

Les vitraux

La fenêtre ne possède que deux lancettes, en raison du contrefort de la tour voisine ajouté après le tremblement de terre de 1477.

Le restaurateur Gaudin a rassemblé ici des médaillons dépareillés du début XIIIe et créé certains épisodes. Ceux du bas évoquent la figure de saint Arthème, sixième évêque de Clermont. Ce saint était invoqué lors des incendies, où l’on portait en procession ses reliques.

Gaudin a ensuite placé des scènes de l’Ancien Testament, qui étaient en fait des parties d’un vitrail typologique de la Passion du Christ : les scènes de l’Ancien Testament étaient mises en correspondance avec les épisodes des Evangiles qu’elles préfiguraient.

Enfin, les médaillons supérieurs évoquent les saints Vital et Agricol, patrons primitifs de la cathédrale.

plan_chlle-st-artheme_1

La construction de l’arche de Noé